❖ 17/10/12 « I Goth my world » ❖

Ce soir, dans le cadre du Festival de l’Horreur et de la Mort qui Tue à Nancy (j’en reparlerai) j’ai assisté en avant première à la projection du documentaire I Goth my world qui sera prochainement diffusé sur Arte. Ce reportage présentait de façon assez objective l’histoire et l’évolution du Mouvement Gothique à travers plusieurs témoignages français et allemands (ce qui n’était pas sans rappeler l’émission « Dans les yeux d’Olivier » consacrée à la « tribu Goth » il y a de ça quelques temps). J’ai trouvé la projection très intéressante et surtout je n’ai pas cessé de me demander : qu’est-ce que la « communauté gothique » finalement et en fais-je partie ? Le reportage répond très justement qu’aujourd’hui le mouvement n’est peut-être pas mort, du moins il s’est tellement diversifié qu’il ressemble surtout à un « mille-feuilles ». 

A suivi une conférence-témoignage de l’artiste nancéienne et gothique revendiquée « Chris » qui s’est attachée à définir la « philosophie gothique » et rompre avec les préjugés. Parce que le mouvement gothique défend une certaine vision de la vie, une acceptation de la douleur, une reconnaissance de la mort (Memento Mori & Carpe Diem) et un amour de l’histoire et de la culture qui a nourrit l’esthétique Goth à son origine (romantisme, architecture gothique, musique new wave, reconnaissance de l’inconscient…) En bref, une vision tolérante et sensible du monde qui nous entoure.

Dans la salle, par hasard, tous les « goth » étaient assis d’un côté et les néophytes de l’autre… situation étrange car en écoutant la définition de cette « philosophie » je m’y suis retrouvée mais sur ma chaise je ne pouvais accepter cette étiquette trop facile de « gothique ». Comme les « Goth » étaient majoritaires dans la pièce, la conférence a vite tourné en témoignage sur l’intolérance de la société actuelle, sur l’amalgame entre adolescence/gothique ou encore habits noirs/gothique. Pourtant je crois qu’on peut adopter la philosophie gothique sans s’habiller dans les clichés, et à l’inverse on peut avoir tout d’un gothique sans pour autant se définir comme tel. En France, l’étiquette « gothique » me fait froid dans le dos… Je ne suis pas gothique je suis Gothic Lolita. Et puis non, je ne suis pas non plus une Gothic Lolita je suis moi. Car comme l’a souligné Chris ce qui compte c’est être soi même, goth ou non pour pouvoir s’accepter et s’ouvrir aux autres et à la différence. Mais où commence et où se termine la différence puisque nous sommes tous uniques ? Et que cherchons-nous à revendiquer en nous montrant volontairement étranges aux yeux des autres ?

Il y a beaucoup de GL qui, comme moi, n’aiment pas ce terme de « gothique »… Nous sommes surement trop complexées par ce mot lourd de sens dans notre bon vieux pays. Pourtant je sais qu’il ne faut pas s’arrêter aux apparences. Après plusieurs minutes de réflexions sur le chemin du retour j’en ai conclue que je préférais juste être moi-même. Et si au fond de moi cette philosophie est mienne dois-je pour autant porter le fardeau d’un tel terme en le revendiquant à mon tours ?

Ce contenu a été publié dans Réflexions, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à ❖ 17/10/12 « I Goth my world » ❖

  1. Saru san dit :

    ça avait l’air intéressant notamment la conférence, j’aurai bien aimé voir les gens xD les préjugés…
    Je suis comme toi sur cette appellation, ça me met assez mal à l’aise car j’ai une image assez mauvaise des gothiques en France (style pas souvent élégant, rejet de la société, ado rebelle…) et je ne me défini pas comme telle, si ce n’est que certains sujets obscurs me plaisent mais comme tu l’a très bien souligné : dans le style on est soit même, on se l’approprie et on le défini d’une façon différente (heureusement)

    Si on me demanderait dans la rue « si je suis gothique », je crois que je dirais oui et non en souriant, je préciserai que c’est pas gothique comme on voit souvent dans la rue, ça vient du Japon XDDD j’ai surement honte qu’on m’associe à une rebelle sataniste comme les gens se font l’idée.

    Je ne dirais pas non plus EGL ou GL car là après j’ai pas envie de faire un exposé sur le style parce qu’au final les gens s’en foutent de ce que ça représente. Ils ont juste une curiosité car ce n’est pas commun et on ose se différencier de la masse.

    Doit-on se définir un peu gothique ? j’en sais rien, il est vrai que beaucoup de motifs dans nos vêtements représentent les croix, des roses, des batiments dans ce style, des couleurs sombres ….mais pourtant c’est si travaillé et esthétique, je ne l’associe pas à la religion ou à un autre culte obscure, je ne saurais pas expliquer pour quoi ça me plait, personne dans ma famille n’a mes goûts, je l’ai choisi seule, ça me représente …c’est comme ça ^^

  2. Yumi E.G. dit :

    Saru -> Je suis complètement d’accord avec toi surtout sur le fait que les gens dans la rue veulent nous coller des étiquettes mais dans le fond ils cherchent même pas à savoir ce que ça veut dire. Je crois que cette conférence m’a fait soulever beaucoup de questions car jusqu’alors j’ignorais ce qu’est le « vrai mouvement gothique », ce qu’on en dit maintenant n’a plus rien avoir avec les origines… ça m’a rappelé l’évolution du Lolita. Je ne pensais pas qu’autant de choses dans mon art de vivre était aussi proches du gothique, comme toi je dis souvent « Oui mais moi c’est gothic japonais » xD

  3. Clafoutea dit :

    elle avait l’air très intéressante cette conférence !
    le mouvement goth est tellement mal compris et mal vu en France, des fois j’ai l’impression que le mot « gothique » est devenu un gros mot .__.

  4. Cheeza dit :

    Personnellement je n’ai aucun mal à m’associer au mouvement gothique même si pour l’instant esthétiquement je m’en éloigne un peu,d’un point de vue personnellement avec le lolita c’est la culture qui m’inspire le plus. D’ailleurs c’est ce mouvement même qui m’a amené à découvrir le gothic lolita et le EGL. Il est vrai que dans la bouche de certains cela parait être une insulte mais je m’en offusque pas car je sais ce qu’il est pour moi et ce qu’il en est en réalité. Souvent je souris lorsque l’on me pose la question et je réponds « oui » (sauf si je suis en lolita alors je précise que c’est une mode japonaise). Il est libre à toi de te penser gothic ou non mais il n’y a pas de doute quand au faites que nombres de tes influences sont à mon sens inspirés ou originaires du gothic car c’est ce qu’est le gothic lolita et le EGL du lolita avec une inspiration gothic occidental d’antan. Je ne sais pas si je me fais bien comprendre mais il faut prendre un mouvement comme il est vraiment ou comme on le ressent plutôt qu’à travers le regard des autres.

  5. Yumi E.G. dit :

    Cheeza -> Je crois que je comprends ce que tu veux dire et c’est vrai qu’en regardant les témoignages lors de cette projection je me disais souvent « Ah oui ça j’adore aussi, oui ça aussi ça m’inspire…etc » Et il est certain que le mouvement gothique est le mouvement culturel le plus proche de ma façon de vivre au quotidien mais je trouve toujours plus facile d’ajouter « gothic japonais » parce que je n’aime pas les préjugés liés aux étiquettes et donner celle-ci en général permet de couper court à la conversation. En réalité je me soucis très peu du regard des gens, et c’est aussi pour cette raison que je ne me sens intégrée dans aucune communauté qu’elle soit (même si par un temps j’étais à fond dans la com’ lolita). Si être moi c’est être gothique alors je l’accepterais mais dans aucun cas je ne me dis « je dois faire ça pour etre gothique », tu vois ? De même j’ai cessé de me dire « Pour être une bonne Lolita je dois faire ça ou ceci », je me sens plus à l’aise et moi même en m’éloignant des cases prédéfinies.

  6. Cheeza dit :

    Je comprend ce que tu veux dire. Je ne me dit pas non plus je dois faire ça ou ça pour être dans tel mouvement. Je me contente de faire ce que j’aime mais je suis certaines règles de l’esthétique lolita (sinon ce n’est plus lolita ce qui ne me déranges pas en soi). Mais il est évident que le gothic fait partie intégrante de moi et lorsque je m’inspire j’aime à me demander quelle est la culture ou le mouvement qui m’inspire (s’il en existe un pour cette inspiration). Sinon comme toi je me contente d’associer ce que j’aime.

  7. Yumi E.G. dit :

    Cheeza -> Ah oui c’est clair que si je suis allée à cette conf’ c’est que j’avais envie d’en savoir plus sur ce mouvement vu que j’y emprunte beaucoup de choses. Ca me semble important de connaitre l’histoire du mouvement gothique tout comme celui du Lolita (ou punk d’ailleurs). Surtout que je pense que si je me sens si bien en GL ce n’est pas qu’une question d’esthétique, pour moi il y a tout un lifestyle qui va avec.

  8. Clafoutea dit :

    Le documentaire I goth my world est dispo sur la chaine Youtube d’arte !
    http://youtu.be/ZpdIi6v3VFI

  9. Cari dit :

    je cherche après ce reportage, j’aimerai bien le voir. S’il est dans la même veine que celui d’olivier, il va me plaire.

    Je t’envie d’avoir pu y assister, j’aurai voulu être une petite (noire ) souris dans ta poche (si tu supporte les souris!)

    je veux le voir T_T

  10. Yumi E.G. dit :

    Cari -> Il est peut-être sur le site d’arte mais j’ai un doute…

  11. Lepakko dit :

    Bonjour Yumi,
    je suis le personnage féminin franco-allemand parmi les 3 qu’ont suivi les journalistes des doc et web-doc « I goth my world » – ce dernier est il me semble, toujours accessible sur la Toile et plus complet et détaillée que le 26 mn pour Arte même si l’un des traducteurs lorsque je montre des vêtements d’inspiration lolita en boutique a eu les oreilles mal embouchées en traduisant ‘gothic’ par… ‘gossip’ :/ -, et c’est en faisant une recherche approfondie sur la communauté Lolita que je suis entres autres, tombé sur ton site. Lequel m’a beaucoup plus de par la qualité des articles et des réflexions proposés : puisses-tu poursuivre encore et toujours sur cette voie !
    Je me posais justement la question sur le ressenti des Lolitas quant à leur appartenance ou non à la grande famille – « millefeuille » comme tu le dis si bien – gothique. Du côté de celles et ceux de ma génération [je suis née en 1977 l’année de naissance véritable de la tribu corback, ça ne s’invente pas ^^], nous incluons pour la plupart très facilement le gothic et/ou punk lolita comme un rameau très porteur de la Schwarze Szene comme dit outre-Rhin, et bien évidemment c’est avec joie que nous aimons aussi à enrichir nos garde-robes d’éléments lolitas en plus ou moins grand nombre. Pour ma part, sans rien rejeter de vêtements goths plus classiques, la richessse et la beauté des propositions de l’Empire du Soleil Levant me conduisent à leur faire une place de choix et à me constituer plutôt que de « picorer » ici et là, tout comme toi et tes comparses tant Lolitas que Brolitas, des tenues complètes de la tête aux pieds sans oublier le make-up mais ceci dit, ce perfectionnisme est l’un des nombreux points communs aux deux rivages :).

  12. Yumi E.G. dit :

    Lepakko -> Merci pour ce message et témoignage. Je tâcherais de chercher le web doc complet pour me replonger dedans. Je crois qu’avec mon article et les quelques commentaires tu peux avoir une idée des questionnements des Lolitas quant à leur place ou non dans le Mouvement Gothique. Tout ça peut paraître complexe mais de manière naturelle je pense que les affinités sont là, d’un point de vue humain c’est ce qui compte je pense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.